Madagascar National Parks   Conservation   Ecotourisme   Developpement durable   Mise en concession   Recrutement   Accueil   Actualités
Madagascar National Parks
 

Parc National Terrestre
Andohahela
Andringitra
Ankarafantsika
Ankarana
Baie de Baly
Bemaraha
Isalo
Kirindy Mitea
Mananara Nord
Mantadia
Marojejy
Masoala
Midongy Befotaka
Montagne d'Ambre
Ranomafana
Tsimanampesotse
Tsingy de Namoroka
Zahamena
Zombitse Vohibasia


Parc National Marin
Mananara Nord
Sahamalaza


Réserve Naturelle Intégrale
Bemaraha
Betampona
Lokobe
Tsaratanana
Zahamena


Réserve Spéciale
Ambatovaky
Ambohijanahary
Ambohitantely
Analamazaotra
Analamerana
Andranomena
Anjanaharibe Sud
Bemarivo
Beza Mahafaly
Bora
Cap Sainte Marie
Ivohibe
Kalambatritra
Kasijy
Mangerivola
Maningoza
Manombo
Manongarivo
Marotandrano
Montagne et Forêt d’Ambre
Tampoketsa Analamaintso



Les actualités de l'aire protégée Ambohijanahary
Pas d'actualité pour le moment...
 

Ambohijanahary
La Réserve Spéciale d’Ambohijanahary se trouve dans le Moyen Ouest, à la limite du plateau de Bongolava. Cette Réserve est surtout connue grâce à son écosystème à la fois rare et menacé : la forêt sclérophylle de moyenne altitude (800 à 1600 m). GPS 18°32 Sud - 45°26 Est.



Ambohijanahary a 24.750 ha de superficie. Cette Réserve Spéciale Ambohijanahary est à cheval entre les régions de Menabe et Melaky, sur l'axe routier Tsiroanomandidy - Maintirano. Pour l’heure, aucune infrastructure n’est disponible pour accueillir les visites mais Madagascar National Parks s’y attelle.


La faune

La Réserve Spéciale d’Ambohijanahary est assez variée et endémique. Neuf espèces d'amphibiens ont été recensées, contre 21 espèces de reptiles allant des geckos et iguanes aux serpents. 97 % des espèces observées sont endémiques de Madagascar.

Chez les mammifères, Ambohijanahary renferme une seule espèce d'insectivore : le Microgale brevicaudata et trois espèces de tenrecs endémiques malgaches. Ces variétés de mammifères hibernent en saison sèche. Par contre, une seule espèce de lémurien diurne, le Propithecus deckeni, est connu à Ambohijanahary. Ce lémurien, qui a généralement un pelage blanc soyeux ou alors de grandes tâches noires sur le cou et le dos, a complètement colonisé les forêts de la Réserve Spéciale. Les lémuriens sont appelés « Tsibahaka vondromay ».

Deux espèces de carnivores dont une endémique, le Cryptoprocta ferox, Fosa de son nom malgache et une introduite, le Viverricula indica ou Jaboady, ont été repérées dans cette forêt d'Ambohijanahary. Enfin, les sangliers, Potamochoerus larvatus, animaux introduits à Madagascar sont aussi apparemment très nombreux dans cette Réserve.

Chez les oiseaux, les espèces sont moins riches que les autres aires protégées malgaches bien qu’Ambohijanahary présente un intérêt certain pour les ornithologues. 57 espèces d’oiseaux dont plus de 50% endémiques de Madagascar et plus de 35 % endémiques des îles Mascareignes survolent la Réserve Spéciale. Deux d’entre elles, l’Alectroenas madagascariensis et le Tylas edwardi, sont typiques de la forêt humide de l'Est et le Falculea palliata et Coua cristata, sont des espèces particulières de l'Ouest.

La flore

Cinq écosystèmes différents cohabitent dans la Réserve Spéciale d’Ambohijanahary. La forêt dense sclérophylle qui s’étend sur 8.794 ha, la forêt claire sclérophylle qui occupe 3.419 ha, les formations graminéennes et le fourré à Nastus borbonicus : 12.174 ha, les plans d'eau et les zones dénudées, sables ou rochers qui représentent 6 ha. 208 espèces végétales sont recensées sur l'ensemble de l'Aire Protégée. Les Rubiaceae, et ses 21 espèces, sont les familles les mieux représentées. Les Sarcolenaceae forment l’unique famille endémique, et les genres Diospyros (5 espèces) et Macaranga (5 espèces) sont les plus diversifiés.

La végétation varie sensiblement à mesure que l’on monte. Une dénivellation d’une centaine de mètres peut déjà créer une belle variété de plantes. L’Ocotea cymosa et Ocotea auriculiformis foisonnent dans la forêt dense sclérophylle. Les Brachylaena merana et Anthocleista madagascariensis colonisent la crête.

Par contre, des graminées qui sont le stade ultime de dégradation des milieux forestiers, occupent un peu moins de la moitié de la réserve : 12.174 ha. L’Hyparrhenia rufa, l’Aristida rufescens et le Pennisetum polystachyum sont les plus rencontrés. Malgré les conséquences des feux de brousses, ces espèces hémi cryptophytes se sont bien adaptées.

Enfin, une formation particulière constituée de Bambous ou Nastus borbollicus (Bambusaceae), de 8 à 10 m de hauteur, est aussi présente à Ambohijanahary. Ces bambous sont dressés et recourbés à l'extrémité : elles sont très denses et inextricables.

Voyagez malin...

Actuellement aucune assistance et infrastructure ou logistique n'existe pour les visites.

L’histoire d’une Réserve Spéciale

La Réserve Spéciale Ambohijanahary a été créée en 1958. C’est un lieu qui ne peut que devenir une Aire Protégée, à cause de ses sols ferralitiques fragiles, sa faune et sa flore et particulièrement, sa forêt dense sclérophylle qui est typique de la région.  Les Sakalava vivent depuis toujours dans cette région bien que d’autres ethnies minoritaires cohabitent à leur côté. Ils vivent généralement de l'élevage car cette région est en fait le parc à zébus de Madagascar. La culture du riz, du manioc, du maïs et des haricots mobilise les terres en contrebas. L'aviculture, l'apiculture, la pisciculture et la pêche dans les lacs sont également des sources de revenus pour les habitants.

Un pays conquis ?

Mais l’épée de Damoclès plane aussi sur Ambohijanahary. Les activités humaines deviennent pour la Réserve Spéciale autant de dangers quant à la survie de sa biodiversité.  En effet, les villages sont fondés à proximité d’Ambohijanahary, facilitant l’accès à la forêt. La surveillance étant balbutiante, les habitants ont tendance à considérer la réserve comme leur « pays conquis ».

Les feux de brousse sont les plus dévastateurs. Malheureusement, ceux-ci sont intentionnellement provoqués en fin de saison sèche pour le pâturage du bétail. Les conséquences sont catastrophiques pour l’écosystème d’Ambohijanahary. 

La réserve spéciale d’Ambohijanahary, une succession de crêtes et de talwegs, découpant des collines aux pentes raides et escarpées, est juchée sur les hauteurs. L'altitude dépasse souvent les 900 m. Mais sa partie Ouest est une vaste plaine et des plateaux de 200 à 400m d’altitude. 
 
Un climat contrasté, de transition entre l'Ouest et le centre de Madagascar, règne sur Ambohijanahary et ses environs. Les régimes irréguliers des cours d'eau, cadencés de crues brutales et d’étiages très faibles, créent un contraste entre les saisons sèche et tiède, et la période pluvieuse très chaude est assez marquée. Mais ces cours d’eau se tarissent vite en saison sèche : les produits de l'érosion encombrent les lits d'épais bancs de sables.


Les microprojets de Ambohijanahary

-

Actuellement aucune assistance et infrastructure ou logistique n'existe pour les visites.





La Réserve Spéciale Ambohijanahary n’ayant pas de structure d'accueil sur place, il est préférable de contacter directement le siège de Madagascar National Parks à Antananarivo.

Contacts :

Immeuble Madagascar National Parks
Ambatobe - BP 1424
101 Antananarivo

Tél. : + (261 20) 22 415 38
         + (261 20) 22 418 83

Email : contact@madagascar.national.parks.mg
 

-


No image available.