Madagascar National Parks   Conservation   Ecotourisme   Developpement durable   Mise en concession   Recrutement   Accueil   Actualités
Madagascar National Parks
 

Parc National Terrestre
Andohahela
Andringitra
Ankarafantsika
Ankarana
Baie de Baly
Bemaraha
Isalo
Kirindy Mitea
Mananara Nord
Mantadia
Marojejy
Masoala
Midongy Befotaka
Montagne d'Ambre
Ranomafana
Tsimanampesotse
Tsingy de Namoroka
Zahamena
Zombitse Vohibasia


Parc National Marin
Mananara Nord
Sahamalaza


Réserve Naturelle Intégrale
Bemaraha
Betampona
Lokobe
Tsaratanana
Zahamena


Réserve Spéciale
Ambatovaky
Ambohijanahary
Ambohitantely
Analamazaotra
Analamerana
Andranomena
Anjanaharibe Sud
Bemarivo
Beza Mahafaly
Bora
Cap Sainte Marie
Ivohibe
Kalambatritra
Kasijy
Mangerivola
Maningoza
Manombo
Manongarivo
Marotandrano
Montagne et Forêt d’Ambre
Tampoketsa Analamaintso



Les actualités de l'aire protégée Kalambatritra
Pas d'actualité pour le moment...
 

Kalambatritra
La Réserve Spéciale de Kalambatritra est située dans le Sud Est, à la limite des régions d’Horombe et d’Anosy. La biodiversité de Kalambatritra est aussi importante pour la présence simultanée d’espèces du Sud, de l’Est et des hauts plateaux en un même lieu. GPS : 23°28 Sud et 46°29 Est.



La Réserve Spéciale de Kalambatritra est situé à environ 55 km à l’Est de Betroka. La température moyenne annuelle est de 21,9°C. Le Massif de Kalambatritra constitue un réservoir d’eau important. Il est parcouru par de multitudes petits ruisseaux qui alimentent 3 grandes rivières l’Ihosy, l’Ivahona et la Manambola Toutes les rivières iront grossir le lit de l’Onilahy.

La biodiversité de la Réserve

La faune

La communauté d’oiseaux de Kalambatritra est comparable à celle de la forêt de l’Est, avec 72 espèces connues dont 68% sont endémiques à Madagascar et 16%, endémiques régionales. 

Six espèces de lémuriens ont été rencontrées, dont 2 espèces cathémerales, l’Eulemur collaris, l’Hapalemur griseus, et 4 espèces nocturnes, le Microcebus, le Cheirogaleus, l’Avahi laniger et le Lepilemur mustelinus. Chez les micromammifères terrestres, 16 espèces ont été identifiées. Deux d’entre elles, l’Eliurus majori et le Microgale principula sont classées « menacées ».

L’hibou rouge Tyto soumagnei et le canard de Meller Anas melleri, deux espèces en danger (EN) sont rencontrées dans la RS.

La flore

Les inventaires dans la réserve de Kalambatritra ont recensé 102 familles d’Angiospermes réparties dans 342 genres et 699 espèces. Deux familles sont endémiques : les Torricelliaceae parmi lesquelles on retrouve le Melanophylla alnifolia et les Sarcolaenaceae dont l’espèce Leptolaena pauciflora. Sur les 342 genres enregistrés,  29 sont endémiques de Madagascar.
 

Voyagez malin...

Pour votre visite à Kalambatritra, ayez dans vos bagages un imperméable : les orages sont fréquents. Portez des chaussures de marche, à crampons. Emportez une lampe pour les déplacements nocturnes. Attention, ne négligez pas votre traitement antipaludique. Au cas où une sangsue s’accroche à vous, pas de panique : du sel ou du tabac suffit pour la détacher.  Apportez aussi des packs d’eau minérale.

Une banque se trouve à Ihosy et l’hôpital la plus proche à Betroka. Kalambatritra et ses environs sont couverts par les réseaux téléphoniques Zain et Telma.
 

L’histoire d’une réserve spéciale

La Réserve Spéciale de Kalambatritra a été créée en 1959. La gestion de cette Réserve a été confiée par l’Etat à Madagascar National Parks, depuis l’avènement du Programme Environnemental II. La structure opérationnelle n’a été créée qu’en  2005.

Kalambatritra se distingue dans le réseau national des aires protégées par sa forêt dense humide de basse altitude qui abrite plusieurs espèces végétales comme le Melanophylla alnifolia, le Senecio kalambatritiensis, le Psychotria ivakoanyensis... et des animaux tels que les oiseaux, lémuriens et amphibiens. Ses marécages qui hébergent des espèces rares comme l’Anas mellerie, menacées par la pêche sauvage font aussi sa particularité. Parmi les espèces de lémuriens menacées dans la réserve de Kalambatritra, on a l’Eulemur collaris et l’Eulemur fulvus rufus.

Au pays des Bara

Les Bara vivent dans les environs de Kalambatritra. Spontanés, gais et très indépendants, les Bara sont une tribu respectueuse des traditions, et particulièrement celles qui les unissent aux ancêtres. Les cérémonies funéraires Bara constituent tout un phénomène, et les « Kibory », tombeaux traditionnels, sont assez spectaculaires. Les sites funéraires du village d’Andriambe, au cœur de la Réserve, témoignent de cet attachement aux défunts. Les Bara croient à la sorcellerie et leurs corps sont souvent marqués par des cicatrices ou scarifications : les devins introduisent dans ces incisions, poudres ou bouts de bois magiques, pour porter chance ou se protéger.

Enfin, parmi les nombreuses tribus de Madagascar, les Bara sont connus pour leur coiffure singulière : les hommes mettent un peigne dans leurs cheveux, les femmes ornent leurs tresses de mille et une barrettes… Ce peuple vit essentiellement de l’élevage, mais le porc est généralement tabou. L’élevage porcin n’est vu que dans le Sud Ouest de la réserve, sur les terres des Zafindravala.

Pourquoi protéger Kalambatritra?

Les activités des villages voisins de la réserve ont des conséquences sur Kalambatritra. Des feux sont souvent allumés pour ravitailler le pâturage du bétail. Le bois nécessaire pour la sculpture artisanale ou la construction de cases est généralement coupé dans la réserve. Le braconnage et la riziculture sur brûlis réduisent progressivement les richesses de cette nature sauvage. Or, la Réserve est importante pour la représentation et la conservation de la biodiversité malgache : Kalambatritra fait partie des zones les plus riches en espèces avec 96,8% d’habitats naturels dans toute la réserve.

Elle arrose aussi les régions d’Ihorombe et d’Anosy car plusieurs cours d’eau naissent dans le site. Kalambatritra est traversé par la ligne de partage des eaux entre le Canal de Mozambique (Ihosy, Ivahona, Volotaray) et l’Océan Indien (Ionaivo et ses affluents, Menakiaiky). Le Massif de Kalambatritra est parcouru par une foule de petits ruisseaux qui alimentent trois grandes rivières: Ihosy, qui rejoindra la Zomandao, Ivahona qui se déversera dans la Mangoky et Manambola qui rejoindra Ionaivo pour se jeter dans le fleuve de Mananaea. Toutes les rivières iront grossir le lit de l’Onilahy.

La biodiversité de Kalambatritra est aussi importante par la présence simultanée d’espèces du Sud, de l’Est et des hauts plateaux en un même lieu. Des espèces, considérées en danger, s’y trouvent en nombre important. Autant de raisons qui font également de la réserve un lieu  de recherches scientifiques.

Un paysage en contraste
 
Autour de la Réserve de Kalambatritra, le paysage dessine de vastes terrains de parcours, aux sols dégradés par les feux de brousse, des forêts de bambous le long des cours d’eau, des fonds de vallées transformées en rizière, des flancs des collines serpentés par les tracés de petits canaux d’irrigation, des sommets surmontés de massifs de granite. Un corridor de 20 Km de savane sépare la Réserve Spéciale de Kalambatritra du Parc National de Midongy du Sud. La température moyenne est de 21,9°C, la saison humide s’étend d’octobre à avril et l’hiver de juillet à août. Kalambatritra est une région orageuse.


Les microprojets de Kalambatritra

Si vous y allez en voiture, préférez un véhicule robuste : la route est longue.

Par Route :

Antananarivo – Kalambatritra. C’est un trajet de 800 Km en quatre jours, praticable entre mai et décembre uniquement.

Prenez  la Route Nationale N°7 qui relie Antananarivo et Fianarantsoa, soit 407 Km bitumés. De Fianarantsoa, continuez toujours sur la Route Nationale 7  vers Ihosy : 206 Km bitumés. Puis, toujours sur cette même Route Nationale N°7, poursuivez vers Kelivondraka : 16 Km bitumés.

Après Kelivondraka, la route n’est plus bitumée. Prenez la Route Nationale 13 vers Betroka : 116 Km. De Betroka, ralliez Ivahona, à 20 Km en prenant la route d’intérêt communal. Ivahona et Kalambatritra sont reliés par un sentier pédestre long de 35Km.

Par Taxi- brousse :

Antananarivo - Fianarantsoa
Stationnement: Route Digue, « Fasan’ny karana », tous les jours.

Fianarantsoa - Betroka ou Fianarantsoa–Ihosy
Fréquence : tous les jours

Ihosy – Betroka
Fréquence : tous les jours

De Betroka, ralliez Ivahona et Kalambatritra par un sentier pédestre long de 35 km.

Kalambatritra ne dispose pas de circuits aménagés pour l’instant. Mais les visites sont permises, aussi n’hésitez pas à faire du trekking dans les lambeaux forestiers de la réserve, partez à la rencontre des lémuriens et admirez les paysages de forêts denses humides, des marécages, des savanes et des magnifiques chutes d’eaux et rivières. A défaut de guides, les paysans  peuvent vous faire visiter la réserve.





Le Bureau de la Réserve Spéciale de Kalambatritra se trouve à Betroka. Pour le moment, la Réserve ne dispose pas encore d’infrastructure d’accueil, néanmoins la population locale peut vous servir de guides. Si vous désirez camper, nous vous conseillons d’emmener votre propre matériel. Il existe des hébergements à Betroka mais dans des conditions très simples, sans confort.

Contacts :

Direction Inter-Régionale de Madagascar National Parks à Fianarantsoa
BP 1363 Antsorokavo, près du temple Jesosy Mamonjy
Fianarantsoa
Madagascar

Tél : + (261 20) 75 512 74
GSM : + (261 32) 02 450 25
           + (261 32)40 481 75

Email : angapfnr@mel.moov.mg
           angapfnr@yahoo.fr
           fnr.parks@gmail.com

Réserve Spéciale Kalambatritra
BP. 35 – 613 Betroka

Chef de Réserve  : RARIVOARIVONY Serge
Tél. : + (261 33) 12 831 44
 

Joignez-vous aux Bara et visitez leur beau pays. Chacun de leur village dispose d’une aire qui sert à préparer votre repas. Le sens de l’hospitalité n’est pas lettre morte ! Les jeudis sont jours de marchés à Ivahona et les vendredis à Betroka : c’est l’occasion rêvée de vivre à la Bara ! 

Assistez aussi au sport traditionnel, la lutte. Elle est connue sous le nom de « Ringa ».
 


No image available.